MADAGASCAR : UNE ÉTAPE MAJEURE

  • Créer les ressources locales pour la formation des journalistes et des acteurs des médias,
  • Favoriser le développement des médias pour renforcer leur indépendance économique et politique.

Notre association a reçu un excellent accueil et la collaboration active de nos partenaires. Notre développement dans ce pays est attesté par le nombre significatif des missions et les évaluations gratifiantes des participants aux sessions de formation.

La formation des formateurs malgaches

 Une première session de formation de formateurs a été initiée en 2015 à la demande du GEPIMM sous la direction de Mario Corrado et de Nicolas Sourisce. Une présélection des candidats a été faite par nos formateurs et le GEPIMM qui ont « repéré » les profils adaptés au cours des précédentes sessions de formation.

Au fil des formations une sélection rigoureuse a permis de valider les compétences de quatre formatrices.

 Le cycle de formation des formateurs, de quatre ans, va s’achever en 2019.

Les quatre formatrices sélectionnées vont recevoir une formation « certifiante » à l’école de journalisme de Tours en partenariat avec notre association.

  • « Les médias et leurs publics : enjeux économiques, Guillaume Bourgeois, Professeur d’université, 22 SEPTEMBRE-2 OCTOBRE 2017.
  • « Les fait-divers, la justice, la déontologie. Atelier d’application pour la formation de formateurs, dispensé par une formatrice malgache. Encadrement pédagogique : Pierre Lechantre, formateur 11-15 DÉCEMBRE 2017.
  • « L’homme » (« la femme ») de radio. Atelier d’application de la formation de formateurs dispensé par une formatrice malgache. Encadrement pédagogique : Nicolas Sourisce, formateur, Professeur d’université.

Ces trois sessions étaient placées sous la direction pédagogique de Nicolas Sourisce, directeur de l’École Publique de Journalisme de Tours avec la contribution vigilante de Mario Corrado.

 Il n y a pas à Madagascar de réseau de distribution en dehors d’un système archaïque de vente à la criée. Les journaux ne sont pas accessibles sur le reste du territoire national. Cela entrave les capacités de diffusion de la presse et donc son développement

Nous avons engagé en 2017 un programme à moyen terme en réalisant l’étude de faisabilité du réseau de distribution des publications à Antananarivo dans un premier temps.

En 2018, nous établirons les pré-requis pour la mise en place d’un réseau expérimental. En 2019 et 2020, nous réaliserons l’extension sur toute la capitale et la programmation de l’architecture du réseau national sur les villes principales.

Un réseau de distribution performant, en améliorant l’accès aux journaux, favorise le développement de la langue française, améliore l’audience et donc l’accès aux ressources publicitaires.

L’audit de réseaux de distribution

  • « Évaluation des réseaux de distribution de la presse écrite à Antananarivo (première phase), Jean-Pierre Fécelle, expert commercial, 22 SEPTEMBRE-2 OCTOBRE 2017.
  • Encadrement méthodologique de la mission, lancement sur site, suivi, évaluation de fin de mission, validation pour la deuxième phase: David Bohbot, directeur de journal, Loïc Hervouet, directeur de journal : 22-23 SEPTEMBRE ET 30 SEPTEMBRE-2 OCTOBRE 2017.

 

 

Laisser un commentaire