AMF EN CHARGE D’UN AUDIT DES MÉDIAS GUINÉENS

« On ne brûle pas la savane parce qu’il y a quelques mauvaises herbes ». Cette adresse au président guinéen Alpha Condé, en forme de proverbe africain, est la conclusion d’une rencontre du président avec l’UPF et RSF, après quelques décisions discutées d’interdiction de quelques radios jugées « irresponsables».

Mais s’il est un point d’accord entre les pouvoirs et les organisations professionnelles de journalistes, c’est bien la nécessité de professionnaliser le secteur. Le pouvoir guinéen est clair : « Proposez, notamment des formations, et on vous soutiendra ».

Chiche ! Justement, la veille sous l’œil des caméras avait été signée une convention pour qu’AMF-Africamédias puisse mener un audit des médias guinéens, avant de proposer un tel plan.

Rappel pour ceux qui n’auraient pas suivi : à l’issue des Assises de l’Union internationale de la Presse Francophone d’Antsirabe, centrées sur l’économie des médias dans les pays en développement, le besoin de formation avait été mis en exergue. Mais aussi, pour bien adapter ces formations et prendre en compte toutes les dimensions de la situation, le besoin d’une connaissance approfondie et actualisée du secteur des médias dans le pays considéré.

C’est dans ce contexte que l’UPF a signé un partenariat privilégié avec Actions Médias Francophones, pour mener des audits de l’état et des besoins du système médiatique national avant de lancer des actions de formation ou de structuration.

La section guinéenne de l’UPF présidée par Ibrahima Kone, le secrétariat général international (Jean Kouchner) ont donc mené les contacts et discussions en Guinée pour qu’Africamédias soit chargée de cet audit, en coopération avec l’Office National de Formation et de Perfectionnement Professionnel de Guinée, qui financera à hauteur de 4.500 € cette mission à mener dans les trois mois.

Le plan de travail en Guinée, sous la houlette de Jean-Michel Audineau, avec le concours de la section locale de l’UPF, notamment pour établir le calendrier de rendez-vous et assurer la logistique locale, portera sur les points suivants

LE CADRE GÉNÉRAL

  • L’organisation générale des médias (les associations professionnelles et représentatives, l’action collective),
  • Régulation : la mise en place et fonctionnement de la régulation. État des lieux.
  • Organisation générale de la presse écrite : tirages, vente payée, zones de diffusion des titres etc.
  • Le cadre juridique, institutionnel relatif aux médias et au métier de journaliste,
  • L’impact des nouvelles technologies sur l’organisation de la profession,
  • Les accords sociaux collectifs,
  • L’environnement économique, fiscal et les aides publiques aux médias,
  • Organisation, implantation et influence des médias audiovisuels,
  • L’appareil de formation aux métiers de la presse et des médias,
  • L’activité économique : presse, télévision, radio (groupes, formes de presse, rapports de force etc.)
  • Les marchés actuels et potentiels,
  • Organisation de la distribution de la presse écrite.

FOCUS SUR LE FONCTIONNEMENT DES MÉDIAS 

  • Les choix stratégiques : les perspectives à moyen terme et la diversification des sources de revenus,
  • Le cadre professionnel, institutionnel, juridique et économique : les atouts et les contraintes,
  • Politique éditoriale : positionnement « affiché » de la publication ou du média ; analyse de ses points forts et de ses points faibles,
  • Les outils de gestion et les pratiques de management,
  • Les relations sociales dans l’entreprise et les accords collectifs,
  • Le recours à l’appareil de formation : analyse points forts et points faibles,
  • Exploration des besoins en formation pour les métiers de l’information,
  • Politique commerciale : la distribution et la perception du double marché pour la presse écrite (lecteurs, annonceurs) l’action commerciale et promotionnelle pour développer le lectorat ou l’audience ; l’action en direction des annonceurs,
  • L’impression des publications : état des lieux et facteurs de coûts,
  • La production : l’impact des nouvelles technologies sur la presse écrite.

Dans un pays où l’amateurisme des médias fleurit trop souvent et donne des arguments aux réglementations ou contraintes abusives, mais où existent aussi des professionnels aguerris et conscients, une Haute autorité respectée, l’occasion est offerte de progresser. Elle ne sera pas ratée.

LOÏC HERVOUET

Les partenaires signataires de la convention 

  • L’Office National de Formation et de Perfectionnement professionnels (ONFPP),  représenté par son directeur général M. Lucien Beindou GUILAO,
  • L’Union Internationale de la Presse Francophone (UPF), représentée par son secrétaire général international M. Jean KOUCHNER,
  • La section guinéenne de l’Union internationale de la Presse Francophone, représentée par son président Ibrahima KONE,
  • L’association Actions Médias Francophones, représentée par son vice-président Loïc Hervouet et…

… En présence de Jean-Michel Audineau…

  

” il y a toujours un photographe ! “

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire