UNE BONNE ANNÉE 2016, DES PERSPECTIVES SOLIDES EN 2017

L’année 2016 s’est terminée conformément aux prévisions.

EN UNION DES COMORES

L’audit des médias en Union des Comores a révélé une situation des médias très fragile et l’urgence d’un plan de formation et de consolidation des entreprises. Les conclusions ont été transmises à l’ambassade de France et au CNPA. Nos partenaires examinent avec les organisations professionnelles et les entreprises les priorités.

La session de formation, “les fondamentaux du journalisme” a rassemblé 13 participants motivés. L’ambassade de France a reconduit son aide financière pour 2017. Nous avons déposé une demande de financement auprès de la Région Centre Val de Loire pour renforcer, compte tenu de la hiérarchie des urgences, nos capacités d’action.

À MADAGASCAR

Le bilan dressé avec nos partenaires  témoigne de la vitalité de notre partenariat : 35 missions depuis 2012 (formations et expertises) qui ont couvert un champ très large.

Le potentiel à former nécessite de passer à des formations ciblées et spécialisées. Les expertises devront se porter sur les actions structurantes susceptibles de promouvoir le développement des entreprises.

Le programme 2017 a été aménagé d’un commun accord, compte tenu des constats suivants :

  • La formation de formateurs se poursuivra avec le 3e module en 2017. Les formateurs doivent revoir le déroulé pédagogique en raison de la défection de l’université d’Antananarivo,
  • Il convient, dorénavant, de programmer les actions en fonction de l’objectif recherché et en s’attachant à qualifier les financement nécessaires.

Le programme 2017

  • Le dossier de l’Agence de presse malgache sera réactivé. Il a été mis en attente dans la mesure où la confrontation relative au code de la communication empêchait le contact avec le gouvernement. Le GEPIMM a donc décidé de poursuivre la mise en place de ce projet dans lequel les pouvoirs publics auront leur place le moment venu. Le sort de l’agence ANTA sera débattu quand le dialogue sera renoué avec le gouvernement,
  • Il est décidé de lancer l’étude sur le réseau de distribution. Cette expertise nécessite la présence de deux experts pendant deux semaines (un directeur de journal et un expert). Le coût « standard » de cette intervention s’élève à 6 500 €. Le GEPIMM prendra en charge 3 500 € et Africamédias 3 000 €,
  • La formation de formateurs avec une partie théorique et une partie pratique à définir (si possible organiser une session sur les faits divers comme atelier d’application),
  • Session de formation sur « les suppléments thématiques dans la mesure où le budget le permettra.

 

Laisser un commentaire